samedi 23 avril 2016

Billet du temps #3

© Éloise Bloit

Troisième volet de la série des Billets du temps : cartes blanches sous forme de petites chroniques écrites par notre plume drômoise Jeanne Aimé-Sintès.
Dessin toujours signé par Éloise Bloit bien sûr. (Cliquez dessus pour l'agrandir)



Billet du temps du Parc de Lorient - n°3
Par Jeanne Aimé-Sintès, le samedi 23 avril 2016

Un après-midi « kaplas » au parc

Arthur, Raphaël et Mathieu courent et crient « des kaplas, venez voir, il y a un grand jeu de kaplas ! ». Parents et grands-parents les suivent à distance et investissent la table de pique-nique la plus proche, puisque l’heure du goûter approche. Arthur, l’aîné de 6 ans, talonné par Raphaël et Mathieu, les jumeaux de 4 ans n’en reviennent pas : un jeu de construction géant a poussé dans le parc ! Ils en font le tour, courent entre les modules, puis commencent à grimper sur les premières marches, sous la vigilance de leur grand-père qui précise « pas plus haut, les garçons ! ». Fier de sa tribu de douze petits enfants, ce dernier connait le parc depuis bien longtemps. Grandes balades et piques-niques sont souvent au programme de la famille, dispersée entre Montélimar, Valence et Bourg-les-Valence. Et puis il ajoute « avant, on venait chercher le lait chez un couple d’Arméniens qui avaient une ferme ici ».

Après la question habituelle « c’est quoi, cette construction ? », il réfléchit et commente « c’est beau, ce monument en bois, il n’abîme pas le parc et va bien avec son esprit. Tout à l’heure, j’ai remarqué que les pelouses étaient tondues, mais que les hautes herbes étaient aussi laissées à certains endroits ». Plus en retrait, le reste de la famille acquiesce, contente « qu’il se passe des choses dans le parc ».

Mathieu, Raphaël et Arthur observent avec malice entre les madriers à leur hauteur et partent en riant jouer un peu plus loin. Ce jeu de construction fait le bonheur des enfants, comme un clin d’oeil à Tom van der Bruggen, l’inventeur des kaplas, dont le nom vient de la contraction des mots néerlandais « KAbouter PLAnkjes », les « planchettes des lutins »… D’ailleurs, d’autres lutins investissent à leur tour les GALERIES avant de poursuivre la découverte du parc, au milieu des arums en fleur et des chants d’oiseaux.



Categories:

1 commentaire :